• Fournitures et outillage utilisés

     

    - du plâtre de moulage (disponible dans certaines grandes surfaces de bricolage ou en magasin d'arts graphiques); 

    - pour les rochers : moules Noch-Woodland scenics; 

    - pour le mur de soutènement : moule Werkstatte Spörle; 

        1 petite  louche à bec verseur (rayon ménage des grandes  surfaces) ou une cuillère à soupe ;

     -   1 fourchette ;

    - 1 cuillère;

    -    1 récipient pour préparer le mélange;

    - une spatule.

    Les moules werstatte Spörle sont disponibles sur commande  directement chez cet artisan allemand. Le catalogue peut être obtenu par mail à l'adresse suivante:

      klaus.spoerle@t-online.de 

     

    Etapes

    Avant la première utilisation d'un moule, il faut le laver abondamment avec de l’eau savonneuse pour éliminer la pellicule grasse souvent présente à la surface.

    Les moules de rochers ne reposent pas à plat. Pour soutenir le moule pendant la prise du plâtre, il est conseillé de le poser dans un bac remplis de sable. Pour ma part,  j'ai bricolé des supports en polystyrène en fonction de la forme de chacun des moules utilisés. J'ai utilisé une scie à fil chaud de marque Proxxon. J'ai été étonné par les possibilités de cet outil   !

    On peut l'utiliser pour découper des plaques de polystirène avec plus de facilité qu'un cutter et moins de déchet qu'une scie classique. Grâce à la grande souplesse du fil, on peut lui donner la forme que l'on veut, ce qui permet une grande créativité.

    3073

     

    3074

    3075

     

    Avant chaque utilisation d'un moule, il est conseillé d'en humidifier l’intérieur  avec de l’eau et un peu de liquide vaisselle pour permettre au plâtre de mieux s’introduire dans les multiples anfractuosités.

    J'ai versé une une petite quantité d’eau dans un récipient, versé du plâtre et mélangé le tout avec une fourchette pour rendre le mélange homogène .

    Mélanger assez longtemps permets aussi de faire remonter les bulles d'air à la surface. Celles qui n'éclatent pas peuvent être enlevées avec une cuillère.

      

    Le plâtre doit être suffisamment liquide pour bien se répandre dans tous les recoins du module. Mais pas trop sinon sinon le moulage se casse facilement.

    Avec l'expérience, je dirais qu'il vaut mieux préparer de petites quantités (de quoi remplir un moule ou deux pas plus) car quand le plâtre commence à prendre, il reste très peu de temps pour le verser dans les moules avant qu’il ne soit plus liquide. A ce moment, c’est trop tard et il faut le jeter.

    Pour les quantités, j'ai procédé empiriquement: j'ai arrêté d'ajouter du plâtre lorsque le mélange n’a plus absorbé le plâtre qui restait alors en surface.   

    Après avoir retiré les dernières bulles, je verse lentement le mélange dans le moule. Verser lentement et en tenant le récipient qui contient le mélange le plus près possible du moule permets d'éviter que de nouvelles bulles apparaissent.

    Il vaut mieux verser le plâtre au moins  jusqu'au niveau du bord du moule car il arrive qu'un peu d'eau remonte en surface après un certain temps.  Une spatule permet alors d'égaliser la surface du moulage. L'éliminer va faciliter le séchage.

     

     Pour le moulage de gros rocher, il peut être intéressant d’incorporer des chutes de polystirène dans le mélange pour alléger le poids du moulage.

     

     

    3078

     

    3079

     

    Après 1 journée, il est déjà possible de démouler : retourner les moules  sur une surface plane et  soulever légèrement le moule sur chacun des 4 côtés  puis le retirer délicatement de l’ensemble de la pièce moulée.  Laisser sécher plusieurs jours.

    3083 

     3085

    Le mur de soutènement est très réussi.

    Nettoyer les moules après utilisation et les talquer. Stocker les moules de façon à ce qu’ils ne se touchent pas.

     Bibliographie sur le sujet

     - "40 recettes pour le décor", hors-série Locorevue (LRPresse);

    - "Villeneuve pied de rampe épisode 4", article paru dans Loco-Revue n°751 (02/10) page 64.  

      

     


    1 commentaire
  • 3064

    Fournitures et outillage :

    1 plaque de polystirène extrudé;

    1 cutter,  une scie, idéalement : une scie "fil à chaud"

    1 latte;

    1 crayon

    1 pot de colle pour polystirène ou colle à bois

    Etapes :

    Le polystirène extrudé a de nombreux avantages, notamment : il est résistant et facile à travailler. Contrairement à son cousin le polystirène expansé que l'on trouve dans les emballages, sa découpe ne libère pas de nombreux petits grains blancs.

    Je découpe la plaque de polystirène à la scie et au cutter. La découpe est assez facile mais le cutter à lame sécable supporte mal le traitement et je dois utiliser plusieurs morceaux de lame.

    Plus tard, je m'offrirai une scie à fil chaud, mais j'y reviendrai plus tard.

     

    3065

    Je découpe la plaque à la forme de la menuiserie du diorama.

    3066

    J'empile les morceaux pour atteindre la hauteur voulue. Le côté droit comprendra un massif rocheux.

     3067

     Le côté gauche comprendra un étang, dont le tracé est grossièrement dessiné au centre sur un morceau séparé qui me permettra de faire un étang avec la possibilité de recommencer si c'est raté. Il y aura aussi un chemin qui y mène et un arbre.

    Après avoir placé les morceaux sans les coller pour m'assurer que tout s'agençait bien, je colle avec de la colle Perfax pour polystirène (de la colle à bois convient aussi). Je dispose des poids le temps du séchage.

    Les angles peuvent être adoucis par une lime ou du papier de verre.

     

    3070

     A très bientôt pour faire des rochers !

    Hervé, 27 novembre 2010

     

     

     


    1 commentaire
  • Les traverses de la voie miniature du commerce sont toutes identiques, de couleur noire et aux angles vifs, ce qui n'est pas vraiment réaliste.

    J'ai donc voulu l'améliorer, notamment en reprenant tous les angles avec un cutter ou un couteau de modélisme.

    Les bouts ont également été recoupés pour que, comme en réalité, les traverses n'aient pas toutes la même longueur.

    2935

    Ensuite, les rails sont peints dans le ton rouille (réf. : peinture rouille mat Humbrol n°113). Frotter immédiatement le dessus des rails avec un chiffon doux permet de conserver un bon contact électrique.

    Les traverses sont repeintes dans des tons bruns avec de la peinture acrylique (Liquitex) : j'ai mélangé deux tons, terre d'ombre brûlée (réf. 128) et terre de Sienne brûlée (réf. 127), en proportion différente selon les traverses, certaines traverses sont proches d'un ton rouille, d'autres du brun foncé.

    2979

     

    Pour représenter une voie ancienne peu utilisée, les traverses auraient pu ensuite être patinées par le passage d'un pinceau très légèrement humecté de peinture blanche acrylique, pour faire ressortir les vainures du bois (méthode dry brush). Mais comme je veux représenter une voie encore bien utilisée, j'en reste là.

    Ces opérations un peu longues auraient sans doute été facilitées si j'avais retiré les traverses des rails pour les retravailler et les repeindre. A tester une prochaine fois.

    Bibliographie : "Pour une voie plus acceptable", Aurélien Prévot, Loco-Revue 4/10 n°753 (les anciens numéros de Locorevue peuvent être obtenus en version papier ou numérique via le site internet http://www.locorevue.com/).

    A bientôt,

    Hervé


    1 commentaire
  • 2281

     

     

    La voie flexible d'un mètre est sectionnée avec un outil type dremel et un disque à tronçonner.

     

    2282

     Les cables sont soudés. Ma première soudure est assez grossière mais le courant passe.

    Pour la prochaine fois, il vaudrait mieux éviter de désolidariser les voies pour souder et manier la voie avec plus de délicatesse. J'ai en effet constaté - trop tard - que des tirefonds avaient sautés .

    Club

    La voie est collée avec de la colle souple Anita décor (non diluée). J'aurais dû repositionner la voie après le câblage, en fixant les traverses mobiles avec une goutte de colle (cyanoacrylate), ceci aurait évité l'espace entre les traverses, au niveau de la soudure des cables.

    Club

    Et ça roule !

    Hervé


    1 commentaire
  • La plateforme de voie est découpée dans du contreplaqué de 10 mm et fixée sur la base (colle à bois + vis).

    Pour insonoriser le passage des trains, plusieurs méthodes sont couramment employées, notamment le liège. J'ai choisi d'essayer les semelles de voies woodland scenics (réf. 95952 commercialisées par Noch, moins cher que du liège et paraît-il plus efficace) collées avec de la colle souple Anita décor. Les auteurs conseillent souvent de coller la voie plutôt que de la visser sous peine de ruiner les efforts d'insonorisation. Une colle souple est un plus.

    2246

    2248

     2251

    Pause dans l'aménagement de la voie pour fixer le grillage qui supportera le décor sur le côté droit de la plateform de voie.

    2252

     J'ai fixé la moustiquaire avec des pointes de tapissier.

     2280

    2 trous sont percés pour faire passer les cables. Rétrospectivement, il aurait mieux valu ne pas faire les trous en vis à vis pour éviter de devoir couper le raccordement des traverses des 2 côtés et ainsi désolidariser les traverses (pour permettre la soudure des câbles).

     

    Je compte câbler cette portion de voie en vue d'une éventuelle intégration dans le réseau n°2.

    2 trous sont percés pour faire passer les câbles. Rétrospectivement, il aurait mieux valu ne pas faire les trous en vis à vis pour éviter de devoir couper le raccordement des traverses des 2 côtés et ainsi désolidariser les traverses (pour permettre la soudure des cables).

    Hervé, septembre 2010

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique